Bricolage, chauffage

Les cheminées a feu ouvert schéma, différents types, entretien.


Les cheminées a feu ouvert avec schéma


retourretour

(index complet du site dans le menu déroulant de couleur maron en bas des pages)

Les différents types de cheminées

Depuis les plus anciennes cheminées qui se composaient d'un foyer central à même le sol avec une évacuation de la fumée par les interstices du toit, une grande variété de modèles ont vu le jour :
- Les cheminées adossées. Dans ce type de cheminée, le foyer est situé au devant du mur (qui, bien sur doit être construit dans un matériau incombustible) et fait saillie sur la pièce. Il s'agit d'un modèle classique, disposé de face sur un mur ou en angle, sur le sol ou sur un socle, avec ou sans réserve de bûches. Les styles adoptés pour ces cheminées sont tout autant variés que les matériaux utilisés ; moellons rustiques, marbre, poutres, plâtre, briques...
- Les cheminées incorporées. Il s'agit de cheminée dont le foyer est situé dans une niche creusée dans l'épaisseur du mur. Il est donc nécessaire de disposer d'un mur très épais et de construire un coffrage spécial. Il n'y a pas de hauteur préférentielle du foyer.
- Les cheminées engagées. C'est une forme intermédiaire entre la cheminée adossée et la cheminée encastrée.
- Les cheminées isolées. Rejoignant la forme la plus ancienne, cette cheminée est en fait implantée au centre de la pièce et surmontée d'une hotte apparente. Cette hotte, de forme pyramidale ou en tronc de cone, est le plus souvent en fonte ou en acier. Il faut savoir que la construction d'une telle cheminée n'est pas facile en raison notament de l'emplacement du conduit.
Quel que soit le modèle de cheminée choisie, il est indispensable de vérifier la résistance au sol de l'endroit où vous voulez la construire. En outre, vous pourrez avoir avantage à tenir compte des points suivants :
- L'isolation du coeur de l'âtre, avec de la laine de verre ou de la laine minérale, permet de réduire les déperditions de chaleur en atténuant au maximum l'absorption des calories par la maçonnerie.
- La construction d'un âtre parabolique, quoique légèrement plus couteuse, permet de consommer moins de combustible pour un rendement égal.
- L'équipement d'une cheminée à feu ouvert avec un récupérateur de chaleur s'avère avantageux, car il permet de réinjecter de l'air chaud dans la pièce. L'air frais arrivant dans le soubassement de la cheminée est canalisé sous l'âtre et derrière le fond du foyer tout en étant réchauffé. Il est ensuite récupéré dans une rampe supérieure pour être envoyé dans la pièce par des sorties latérales dont le débit est réglable.

Les conduits de fumées

L'évacuation des fumées et des gaz de combustion est essentielle dans la maison, mais les conduits indispensables à cet effet ne peuvent être implantés au hazard. Il faut prendre en considération les éléments suivants :
- L'influence du vent. La direction et la force des vents, de même que la situation géographique de la maison jouent un rôle important dans le choix de l'emplacement de la cheminée. En effet, selon que la cheminée sera bien ou mal placée, et que la souche sera plus ou moins haute, vous aurrez un bon ou un mauvais tirage. Il est recommandé d'avoir une sortie de souche dans une zone dépressionnaire et une entrée d'air dans une zone surppressionnaire. Dans le cas contraire, vous risquez une inversion de tirage, c'est à dire une entrée d'air par la souche.
- La prise d'air. Pour fonctionner correctement, le foyer a besoin de recevoir de l'air frais. A cette effet, il est souvent nécessaire de réaliser un branchement extérieur. Dans ce cas, l'arrivée d'air se fait sous le foyer, latéralement ou juste au dessus du niveau de l'âtre. Attention ! l'installation d'une cheminée à feu ouvert dans une maison où existe un système de ventilation mécanique contrôlée risque de perturber le bon fonctionnement de ce système et, par suite l'aération de la maison.
- Le tracé des conduits. La législation impose un conduit par foyer. Il vous sera peut être alors difficile d'avoir des conduits droits ; dans ce cas, évitez les coudes trop nombreux et veillez à ce que l'angle d'un coude par rapport à l'axe vertical ne dépasse pas 30°. Si toutefois un racorement de conduit sur des poteries existantes s'imposait, il est impératif de prendre garde à ce que des pénétration de gaz et de fumées de combustion n'aient pas lieu dans des conduits d'aération. De manière générale, il faut veiller à ce qu'il n'y ait pas de rejets dans une autre pièce.
- La souche. Il s'agit de l'élément du conduit débouchant sur le toit de la maison. Il doit être à 60 cm au moins et à 1,80 cm au plus du faîte du toit. Par ailleur, la loi impose une protection thermique et mécanique de la souche par une paroi au moins égale à une paroi de brique pleines de 11 cm d'épaisseur.
- Les matériaux. Divers matériaux peuvent être utilisés pour la construction d'un conduit de fumées pouvu qu'ils soient étanches : vous pouvez ainsi employer la brique, la pierre, des boisseaux de terre cuite, ou même du métal. L'intérieur du conduit doit être lisse et avoir une section suffisante afin d'assurer un tirage normal du foyer auquel il est raccordé. Les dimensions recommandées, selon les types d'appareils, sont variables, mais ne peuvent pas être inférieures à 400 cm2.



Le tirage des conduits de fumées

schema du tirage des conduits de fumées
schema du tirage des conduits de fumées
schema du tirage des conduits de fumées
schema du tirage des conduits de fumées




google utilise des cookies sur ce site pour gérer les publicités, google+ et google analytics pour en savoir plus cliquez sur ce lien : "Comment Google utilise certaines données collectées lorsque vous utilisez des sites ou applications de nos partenaires."



- Design by et contact

- Tous droits réservés


- Plan du site

- Follow aidaubricolage on Twitter

-