conseils et astuces de bricolage menuiserie

Vous pouvez aider les internautes bricoleurs qui nous rendent visite, en donnant votre avis, des astuces de bricolage ou des conseils de menuiserie, qui seront affichés sur cette page

ACCUEIL

CONSEILS

- Amménagement

- Maçonnerie

- Maçonnerie 2

- Carrelage

- Climatisation - Chauffage

- Electricité

- Menuiserie

- Peinture, papier peint

- Plomberie

- Toitures charpentes

- Divers

BRICOLAGE


Ce site étant gratuit vous pouvez apporter votre aide aux internautes en donnant des conseils et astuces de bricolage qui seront publiés sur ces pages en nous les envoyant par mail ici, celà vous permet de vous exprimer sur la toile gratuitement.

Menuiserie :


- Arthur : Pose du Grillage
Plutôt que de faire une haie d'arbustes, vous décidez d'opter pour un grillage. Voici ce dont vous aurez besoin et les consignes de pose. Prévoir deux personnes pour l'exécution de tous les travaux de pose d'un grillage. Types de grillage Les plus courants sont les grillages à  mailles simple torsion (à gauche) et à  mailles soudées (à droite). Le grillage à mailles simple torsion est meilleur marché et plus facile à poser sur des sols irréguliers. Le prix du grillage est inversement proportionnel à la dimension des mailles (50 mm, 60mm ...). De même, il existe différents diamètres de fil pour réaliser le grillage

- pitchou : Les interrogations s'accordent à des réponses.... Ya qu'à  demander ! C'est mon métier... Mais je ne suis pas intarissable sur le sujet !

voici quelques conseils pour cintrer du bois :

Donner une forme courbe à une pièce de bois est l'un des principes de base de la menuiserie. Connue depuis des siècles, cette technique a permis de développer de nouvelles idées en architecture, ameublement, modélisme, tout en améliorant la résistance et la souplesse de chaque pièce. Elle ne nécessite aucun matériel particulier, juste un peu de minutie et d'imagination.
Il existe plusieurs façons d'obtenir une forme courbe avec du bois massif. La première, réservée aux pièces importantes, consiste à découper plusieurs segments en forme de trapèzes qui, assemblés et poncés, formeront une courbe : principe de la fabrication des roues de charrettes.
La seconde technique permet un assemblage plus souple et plus résistant en débitant le bois en fines feuilles, en formant celles-ci sur un gabarit (le cintrage), puis en les recollant selon le principe du contreplaqué ou des panneaux multiplis. On parvient à courber les feuilles de bois sans les casser par étuvage, trempage, ou mise en pression. Chaque méthode est adaptée à une utilisation précise. Il est important de savoir que plus les feuilles de bois seront fines, plus fort sera le rayon de courbure et plus le nombre de feuilles sera important, meilleure sera la résistance.
Enfin, le postformage est utilisé dans l'industrie. Le bois, détrempé, est comprimé à de très hautes pressions, puis séché en autoclave.
pour réaliser un travail parfait
Il est possible de cintrer n'importe quelle planche fabriquée à base de bois, depuis le panneau de particules agglomérées jusqu'au bois massif en passant par le contreplaqué, le multiplis ou le triply. Toutefois les meilleurs résultats seront obtenus à partir de panneaux composés de feuilles de bois entières. Les panneaux de particules, déjà assemblés par de la colle, risquent de souffrir par le trempage ou l'utilisation de la vapeur nécessaire pour le cintrage. Pour des pièces d'épaisseur plus importante, utiliser des essences de faible densité de type sapin.
La structure du bois
Le bois a un sens déterminé par l'orientation de ses fibres. Les planches sont, en effet, toujours débitées dans le sens du tronc ("droit fil") et non perpendiculairement à celui-ci. Une feuille de placage se pliera mieux si le rayon de courbure est perpendiculaire au fil, comme si l'on voulait reconstituer le tronc de l'arbre,. Il faut, de plus, que les feuilles soient totalement dépourvues de noeuds.
Une surface lisse
Le trempage ou l'utilisation de la vapeur nécessaire au cintrage du bois font se relever ses fibres. Il est donc nécessaire de poncer les faces afin d'obtenir une surface lisse et sans échardes.
Faible épaisseur
Les feuilles de placage employées ont 3 à 4 mm d'épaisseur maximum. En effet, plus cette dernière est importante plus il est difficile d'obtenir une courbure correcte.
Il est donc préférable de coller plusieurs feuilles pour obtenir l'épaisseur désirée. En générale, les feuilles de placage sont vendues en 1 ou 2 mm d'épaisseur.
Le bois sec manque de souplesse. Il risque de se casser lors du cintrage. Le trempage dans l'eau lui confère une plus grande élasticité en ramollissant ses fibres et lui permet en outre de conserver la forme du cintrage, difficilement obtenu avec du bois sec.
Séchage dans le gabarit
Lorsque la latte de bois est bien détrempée. Il est facile de lui donner la courbure désirée. Pour conserver cette forme jusqu'au résultat final, il est indispensable que la latte sèche, maintenue par le gabarit. ce séchage est aussi nécessaire pour coller plusieurs feuilles ensemble.
La vapeur permet de gagner un temps appréciable pour cintrer de petites pièces. Cette technique est utilisée dans l'industrie. A la maison, une simple bouilloire ou un autocuiseur rempli d'eau claire suffit. Il est possible de cintrer des éléments plus importants avec une décolleuse à papier peint ou une centrale à vapeur domestique. Il convient, dans ce cas, de faire attention aux conditions de sécurité : La vapeur, émise sous pression, peut provoquer de cruelles brûlures. Pour les éviter, il faut porter des gants et des vêtements à manches longues. L'action de la vapeur est plus rapide que le simple trempage. Stopper l'opération dès que le bois s'assouplit pour ne pas le gorger d'eau, et l'essuyer sans tarder avec une serviette, avant de le mettre en place dans le gabarit de cintrage.
fabriquer un gabarit de cintrage
Cette technique est la plus simple et la plus rapide pour obtenir un gabarit de cintrage. Elle manque toutefois de précision, l'espace entre les clous n'étant pas rigoureusement constant. En outre, il est difficile de fabriquer une latte cintrée comportant plusieurs feuilles de bois. On pourra, malgré ces aléas, utiliser cette technique pour les travaux de cintrage simples. Comme fourniture, prévoir une feuille de carton fort, un panneau en particules aggloméré de 10 mm d'épaisseur au minimum et un sachet de clous de 10 cm de longueur.
Fabriquer un modèle de cintrage
Pour dessiner une courbure de gabarit de petite dimension, utiliser un verre, un pot rond ou un sceau comme modèle. Pour des cercles plus importants, la fabrication d'un demi gabarit est plus pratique. Il permet, en outre, d'adapter précisément la courbure en fonction de la réalisation projetée. Du carton fort est suffisant, mais il est également possible d'utiliser un panneau de contreplaqué de faible épaisseur, malgré le risque de perdre de la netteté lors de la découpe. Ce système est très utile pour des fabrications multiples d'un original unique.

Cintrer à l'aide de blocs gabarits
Technique de cintrage
La technique de cintrage réclame beaucoup de temps : celui nécessaire au séchage de chaque latte. Cette méthode permet de réduire le temps de séchage puisque toutes les lattes sont assemblées en une seule fois. Veiller à bien essuyer chaque latte avant de l'encoller. Attendre le séchage définitif de la colle avant d'enlever le gabarit. Les feuilles de placage les plus fines peuvent ne pas être toutes détrempées. Les intermédiaires, par exemple, ne seront pas mouillées afin de favoriser l'accrochage de la colle sans risque de voir le cintrage se déformer après coup.
Travail en série
L'utilisation de cales de bois permet de fabriquer de nombreux cintrages puisque ces cales ne sont pas affectées par un éventuel déplacement entre deux cintrages. Elles sont, en effet, directement vissées dans le panneau qui sert de support ce qui assure une stabilité parfaite. Il est possible de poncer légèrement les cales afin de leur donner une forme concave identique à la courbure désirée.
Mise sous presse
L'absence de clous facilite, en outre, la mise sous presse des lattes cintrées. Il est important de bien placer le serre joint
Précision accrue
L'utilisation de blocs gabarits, en facilitant la mise sous presse, permet la fabrication d'un contreplaqué cintré parfaitement régulier. On peut, aussi, faire varier facilement son épaisseur sans devoir modifier l'implantation de clous, comme précédemment. Dans l'exemple d'un mobilier de jardin, on fabriquera les lattes de l'assise plus épaisses que celles du dossier, sans changer de gabarit. Cette technique est employée par les professionnels.
Réaliser les travaux de finition
Attendre le séchage définitif de la colle avant la finition, éventuellement plus d'une semaine selon la colle utilisée. Ce n'est qu'après cette période qu'il sera possible d'enlever la pièce de son gabarit. Les travaux de finition consistent surtout à traiter les chants, souvent irréguliers, notamment dans le cas du contreplaqué. Un rabotage suivi d'un ponçage fin permet d'obtenir une surface régulière, prête à peindre ou à vernir. Il est préférable de ne pas tarder à utiliser une pièce cintrée : l'arc de cintrage peut se détendre s'il n'est pas mis en place et maintenu rapidement.

voici quelques conseils pour réparer les escaliers qui grincent :

Si, dans les films policiers, les grincements de l'escalier ajoutent au suspense, à la maison, ils deviennent vite insupportables. Le plus souvent, le bois et les joints sèchent en vieillissant, les clous et les vis prennent du jeu et tous les éléments finissent par frotter les uns contre les autres... et par grincer. Quelques techniques simples suffisent à faire disparaître cette pollution phonique.
Il existe de très nombreux types d'escaliers en bois : droits, tournants, à volées séparées par un palier, hélicoïdaux, etc. Tous sont constitués de différents éléments. La marche est la partie horizontale sur laquelle on pose le pied. La contremarche est la partie verticale qui définit la largeur d'une marche (le giron) et qui réunit chaque marche avec la suivante. Le support peut-être, soit un limon (pièce de bois à bords parallèles, entaillée pour recevoir l'extrémité de chaque marche), soit une crémaillère (support taillé "en escalier" sur lequel repose les marches), soit un fût (pilier centrale qui supporte les marches d'un escalier hélicoïdale).
Des éléments à solidariser
Un escalier, s'il comporte toujours des marches, peut-être construit avec différents supports : deux limons ou deux crémaillères, un limon d'un coté et une crémaillère de l'autre, une seule crémaillère centrale, etc. Dans tous les cas, il y a risque de grincements lorsque les marches ne sont pas parfaitement fixées aux supports. Ce risque est accru par la présence de contremarches. On peut considérer, pour simplifier, que plus l'escalier comporte d'éléments, plus les risques de grincements sont grands. Bien que les techniques varient, le remède est toujours le même : solidariser les éléments entre eux pour qu'ils ne frottent plus les uns contre les autres.
Matériaux de construction
Le plus souvent, les éléments constitutifs d'un escalier sont en bois massif dur (chêne, hêtre, bois exotiques). Un escalier en bois tendre comme le pin, a un retrait plus important. Il n'est pas rare que les contremarches soient réalisées en contreplaqué, plus stable que du bois massif ; il permet des épaisseurs inférieures.
Le jeu entre marche et contremarche est la principale source de grincement des escaliers. Pour supprimer le jeu, il faut fixer les marches et les contremarches afin de constituer un ensemble solidaire. Lorsque c'est possible, l'idéale est de procéder à une fixation sous l'escalier car elle restera invisible. Dans les cas ou l'accès sous l'escalier est impossible, fixer chaque marche par dessus sur la contremarche précédente ; cette opération nécessitera un camouflage.
Coller... et caler
Le collage à la colle à bois constitue la meilleure fixation. On le renforce par un clouage ou, mieux par vissage. Toutefois, il peut-être nécessaire de cacher les têtes des clous et des vis. Dans tous les cas de renforcement des assemblages par le dessous de l'escalier, prévoir un aide qui se tient sur la marche ou qui bloque la contremarche pendant la fixation, sinon la pièce de bois s'infléchit sous l'effort du vissage ou du clouage et l'assemblage n'est pas serré.



google utilise des cookies sur ce site pour gérer les publicités, google+ et google analytics pour en savoir plus cliquez sur ce lien : "Comment Google utilise certaines données collectées lorsque vous utilisez des sites ou applications de nos partenaires."



chercher sur le site

- Design by et contact

- Tous droits réservés


- Plan du site

- Follow aidaubricolage on Twitter

-